Bernard Werber : Demain les chats [CHRONIQUE]

 

Demain les chatsSynopsie

A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre, s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes, Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut-être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.

Le début

Au début du livre, nous rencontrons une chatte nommée Bastet qui croit dure comme fer que l’homme est sur terre pour servir les chats. Bastet ne comprend pas pourquoi sa « servante » humaine n’obéie pas à « ses ordres » et pense qu’il faut l’éduquer. Pour ce faire, elle essaie de communiquer.

Pendant ce temps, Paris est frappé par des attentats, Bastet ne comprend pas trop ce qui se passe. Elle va rencontrer son compagnon de route, Pythagore, un chat de laboratoire qui a comme particularité d’avoir une prise USB sur le haut du crâne, ce qui lui permet d’accéder à la « connaissance ». Cela sonne comme un air de déjà vue, de mémoire dans son précédent livre, « Le sixième sommeil » un chat de laboratoire, prénommé « Socrate » », possédait lui aussi une connexion USB.

Grâce à son mentor, Bastet va découvrir quels ont été les différents rapports entre les chats et les humains tout au long de ces derniers millénaires.

Mon avis :

Au début, se fut dure… mais surtout, je fus déçu, [SA1] mais après quelques dizaines de pages, une magie commence à opérer. Au travers de ses personnages, Bernard Werber parle de sujet comme, le terrorisme, la guerre, et d’autres problèmes de notre époque, mais vu par un chat. C’est marrant de voir ce nouveau monde que nous connaissons expliquer ainsi, on pourrait le transposer à la vision d’un enfant de 5 ans.

J’ai eu vraiment l’impression que ce livre a été fait à la va vite, des incohérences minimes sont présentes et les intrigues ne sont pas assez développées, à mon goût.

Bernard Werber et la psychologie

Ce livre est une mine de réflexions sur les différents sujets abordés : le terrorisme, la religion, la science, nous, notre communication et notre univers. Et voilà ce que j’attends d’un auteur comme Bernard Werber. A la fin du livre, tu te poses plus de questions sur ce qui t’entours, que lorsque tu l’as commencé et surtout de bonnes questions !

Du coup au niveau de la note, je suis partagé, car au niveau de l’écriture et de l’histoire (certes original), c’est un bon : pfff… « Oui, mais sans plus ». Tandis qu’au niveau réflexion, j’ai vraiment aimé.

Du coup, je fais une moyenne à 15. Ce n’est pas un bestseller, mais cela reste un bon livre avec lequel j’ai pris beaucoup de plaisir et bien plus que son ancien opus.

Si vous aimez Bernard Werber vous ne serez pas déçus.

Note : 15/20

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *