L’instant présent – Guillaume Musso [CHRONIQUE]

 

l-instant-presentJ’ai commencé la lecture de ce livre le jour de sa sortie et je l’ai fini malgré une vitesse de lecture lente en seulement quelques jours. Pourtant la chronique voit le jour quelques mois plus tard.

Pourquoi tout ce temps avant l’écriture de cette chronique ? Je me le demande, mais en réfléchissant bien, l’ensemble de mes émotions se contredisait et comme pour une bonne recette de crêpe cette préparation était nécessaire. Je savais qu’en écrivant cette chronique à chaud le résultat ne serait pas le fond de ma pensé et quelques mois plus tard mes avis serait différents.

Au fil de ces mois et à différentes occasion ce livre est revenue dans pas mal de discussions. En grande majorité les critiques positives et négatives fût toujours les mêmes. « C’est un bon livre avec une bonne intrigue mais je n’ai pas aimé la fin », « je n’ai pas compris la fin » ou encore «  il ne répond pas à toutes les questions ».

Franchement au début mes sentiments ne différaient pas des critiques entendus et puis je me suis souvenu de son livre « Demain », lui aussi ne réponds pas à toutes les questions et pourtant cela reste un bon livre. Comme je disais au début de cet article, maintenant mes émotions et mes avis sur ce livre sont clairs.

Introduction

Arthur Costello a eu une enfance psychologiquement difficile. Son père lui a appris à ne faire confiance à personne. 20 ans plus tard son père réapparait dans sa vie afin de renouer les liens familiaux. Il lui donne rendez-vous au phare des vingt-quatre vents un endroit qui appartient à son père. Au lieu d’une partie de pêche son père (si souvent souhaité), il lui parle de cet endroit. Il est prêt à lui légué mais à deux conditions. 1 : Ne jamais le revendre. 2 : Ne jamais essayer d’ouvrir la porte murée à la cave.

A pêne son père a-t-il le dos tourné qu’Arthur s’empresse de démolir le ce mur pensant trouver quelques chose d’horrible, peut être un cadavre ou quelques chose dans ce genre. Lorsqu’il arrive enfin à casser le mur et à ouvrir la porte, la pièce est vide…  Il rente à l’intérieur… erreur.

Arthur ce retrouve prisonnier du temps. Tous les jours à n’importe qu’elle moment Arthur fait des sauts dans temps de plusieurs mois. Une vraie malédiction. L’histoire est articulée sur les questions suivantes : Comment Artur arrivera à fonder quelques choses ? Quel est cette malédiction et comment la supprimer ?

Tant de questions que notre héro vas devoir élucider…. Ou pas….

Guillaume Musso de pages en pages nous dévoile un personnage principal mal dans sa peau, traumatisé par son père.

La fin : Que dire sans trop en dévoiler… C’est une fin surprenante qui dans un premier temps m’a pas trop plus. Maintenant en relisant la fin plus attentivement exprime plus de sentiments que j’ai pu le découvrir à la première lecture. Comprendre les aspect psychologique du père et du fils sont important pour la bonne compréhension de la fin de l’histoire.

Conclusion :

Guillaume Musso intègre dans ses livres de plus en plus de surnaturelle avec « demain » par exemple du coup certains lecteurs ont été perdu.

Oui ! Perdu car les fins sont pas forcément en accords avec les attentes. Par exemple dans « demain » il manque des réponses à la question même du pourquoi tout ça. Dans ce livre c’est pareille. Le sentiment d’inachevé que certains lecteurs ont subi n’est ni plus ni moins que le reflet d’une incompréhension du pourquoi.

Après quelques semaines, la seconde lecture m’a enfin permis de voir ce que Guillaume Musso a écrit. La détresse des personnages, la psychologie et surtout le rapport entre la première page et la fin. J’ai enfin pris conscience du livre. Un peu comme les « fourmis » (premier tome) de Bernard Weber, ce livre ne reflète pas qu’une guerre entre fourmis, non… C’est une transposition de nous « êtres humains ». Pour « L’instant présent » c’est pareil ! Vous avez été déçus de la fin ? Essayez de la relire plus doucement et chercher ce « Pourquoi ».

Après cette conclusion plus longue que la chronique en elle-même je voudrais écrire « je recommande à tout le monde la lecture de ce livre », mais je ne peux pas. Après lecture, les fans de Guillaume Musso en seraient surement déçus et les nouveaux lecteurs ne tomberaient pas sur une œuvre caractérisant l’auteur. Par contre si vous chercher un livre pour passer un bon moment et utiliser vos cellules grises pour décortiquer le livre alors vous pouvez le lire.

Note : 6/10

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.